Quelles différences avec l’assurance « au tiers » ou « intermédiaire » ?

L’assurance « tous risques » est la plus complète des formules que peut proposer un assureur, pour protéger un véhicule et son conducteur dans les meilleures conditions.

Cette formule offre des garanties élargies et renforcées, par rapport à celles proposées dans le cadre d’une assurance « au tiers », ou « intermédiaire ».

Mais attention : l'expression « tous risques » peut être trompeuse ! Ce que cette assurance couvre en réalité, ce sont tous les risques d’accident, y compris si vous êtes responsable, ou si le responsable d’un accident dont vous êtes victime est un tiers non identifié.

Dans ce cas, votre assurance prendra en charge vos propres dommages matériels, ce qui n’est pas le cas avec une assurance « au tiers » ou « intermédiaire ».

Accident en état d'ivresse : serez-vous indemnisé ?

Attention : être assuré "tous risques" ne signifie pas que vous serez forcément indemnisé en toutes circonstances.

Ainsi, si vous êtes responsable d'un accident, alors que vous conduisiez sous l'emprise de l'alcool ou d'un produit stupéfiant, seule votre responsabilité civile s'appliquera. Les dommages matériels et corporels que vous aurez occasionné à de tiers seront pris en charge par votre assurance. Mais vos propres dommages ne seront pas indemnisés.

Des pratiques différentes d’un assureur à l’autre

La formule « tous risques » ne répond à aucune définition légale précise. C’est pourquoi les pratiques des assureurs varient fortement autour de cette appellation.

Certaines compagnies d’assurance incluent dans leur formule « tous risques » l’ensemble des garanties auxquelles il est possible de souscrire en matière d’assurance auto.

Mais chez d’autres assureurs, cette formule ne couvre pas nécessairement l’ensemble de ces garanties. Pour bénéficier d’une protection maximale, il faut souvent compléter votre formule « tous risques » vos garanties en souscrivant des options spécifiques à vos besoins :

En tout état de cause, il est donc important de bien lire votre contrat, pour connaître précisément l’étendue de votre protection ! Pensez aussi à vérifier le montant des franchises applicables à l'ensemble des risques couverts par votre contrat d'assurance auto.

Dans quels cas faut-il souscrire une assurance « tous risques » ?

La souscription d’une assurance « tous risques » est censée vous protéger dans toutes les circonstances liées à l’usage de votre véhicule, aussi bien lors de sa conduite qu’en stationnement ou en votre absence.

Cette assurance est aussi destinée à couvrir l'ensemble de vos réparations, ou l'indemnisation de votre véhicule, à hauteur de sa valeur sur le marché de l'occasion.

Le choix d'une formule « tous risques » est donc à réserver plutôt à l’assurance de véhicules neufs ou très récents, de grande valeur ou de collection.

Protection renforcée = tarifs plus élevés !

La formule tous risques étant le niveau maximum de protection qu’il est possible de souscrire, elle couvre un maximum de risques. Conséquence logique : la prime d’assurance liée à cette formule est aussi beaucoup plus élevée !

Du fait de son coût plus important, l’assurance « tous risques » s’adresse plutôt à des conducteurs ayant atteint un niveau de bonus significatif.

Les cas où l’assurance « tous risques » n’a aucun intérêt

Souscrire une assurance auto tous risques permet aux conducteurs de rouler plus sereinement, en se sachant parfaitement protégés en toutes circonstances.

Mais il est des cas où le recours à cette formule n’est pas justifié, ou ne représente pas un choix économiquement judicieux :

Assurer un véhicule ancien. Si le véhicule que vous voulez assurer est faiblement coté à l'Argus, voire plus coté du tout, vous n’avez pas intérêt à souscrire une formule tous risques.
En effet, en cas d’accident responsable, les réparations ou l’indemnisation de votre véhicule (s’il est détruit, ou classé en épave par un expert automobile) seront plafonnées à leur valeur sur le marché de l’occasion.

L'assurance jeune conducteur. Du fait de la surprime payée par les jeunes conducteurs pendant leurs 3 premières années d’assurance, le choix d’une formule tous risques représente un coût exorbitant.
C’est pourquoi il est conseillé aux jeunes conducteurs de souscrire plutôt une formule « au tiers », éventuellement assortie d’options spécifiques à leurs besoins. Au moins le temps d’acquérir de l’expérience et des points de bonus, pour faire baisser le coût de leur assurance auto.

Vérifiez que votre assurance est toujours adaptée

Si vous avez souscrit une assurance « tous risques », pensez à consulter tous les ans la valeur de votre véhicule sur le marché de l’occasion.

Car au-delà de quelques années, soyez conscient que votre véhicule aura perdu une grande partie de sa valeur. Dès lors, conserver une assurance tous risques vous coûtera plus cher que de payer des réparations avec une assurance « au tiers » ou « intermédiaire ». A condition d’être prudent !