La notion de jeune conducteur

D'après la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA), le terme « jeune conducteur » désigne :

Statistiquement plus de risques d’accident

Si les tarifs sont aussi élevés pour les jeunes conducteurs, c’est parce qu’ils sont considérés comme des « clients à risques » pour les assureurs. En 2013, la tranche d’âge 18-24 ans représentait encore 19,5% des accidents mortels et 32,3% des blessés hospitalisés, alors qu’elle ne constitue que 9% de la population.

Même si le nombre de jeunes tués sur les routes est en recul (-9,4% depuis 2010), les accidents mortels sur route restent la première cause de mortalité dans cette tranche d’âge. Pour un automobiliste novice, le risque d’être tué sur la route est 4 fois plus élevé que pour un conducteur expérimenté.

Quelle incidence sur la prime d’assurance ?

Au niveau des tarifs, le statut de jeune conducteur se traduit par une surprime, appliquée systématiquement par les assureurs. 
Dégressive dans le temps, cette prime majorée représente, par rapport à un assuré classique ne bénéficiant d’aucun bonus :

  • 200% la première année d’assurance,
  • 150% la deuxième année en l’absence de sinistre responsable,
  • 125% la troisième année, à la même condition.

Selon les assureurs, le statut de jeune conducteur peut aussi se traduire par une majoration des franchisesen cas d'accident responsable.

Jusqu’à quand est-on un « jeune conducteur » ?

A partir de la 4ème année sans accident responsable, l’assuré n’est plus considéré comme un « jeune » conducteur. Il entre donc dans le système classique du bonus - malus, et se voit appliquer un taux de 100%. 
Ce n’est donc qu’à partir de sa 5ème année de conduite sans sinistre responsable, qu’il bénéficiera d’un bonus de 5% sur sa prime d’assurance.

Qui est propriétaire du véhicule ?

Pour souscrire une assurance pour son propre véhicule, le jeune conducteur doit être le titulaire de la carte grise. Les règles sont différentes s’il est identifié comme conducteur secondaire ou occasionnel du véhicule de ses parents ou d’un tiers (ami, conjoint, etc.).

Comment réduire la facture ?

Le principe de la surprime est globalement appliqué par tous les assureurs. Mais pour payer moins cher son assurance auto, le jeune conducteur dispose de quelques pistes, pour bénéficier malgré tout d’une protection efficace, à un prix abordable :

  • Acheter un véhicule de petite cylindrée et ancien. Le montant de la prime d’assurance dépend en grande partie du modèle et de la puissance du véhicule. Pour payer moins cher son assurance auto jeune conducteur, il faut donc privilégier des modèles d’occasion, anciens, et de faible cylindrée. 
    Certains assureurs tiennent aussi compte de la couleur du véhicule : d'après les statistiques, les véhicules de couleur neutre sont moins impliqués dans des accidents.
  • Souscrire une assurance minimum. Pour un véhicule ancien (à plus forte raison s’il n’est plus coté à l’Argus), prendre une formule tous risques (beaucoup plus chère) est parfaitement inutile. Mieux vaut souscrire une assurance de base en responsabilité civile, couramment appelée aussi "assurance au tiers". Proposée par tous les assureurs, elle suffit à couvrir les dommages causés à un autre véhicule en cas d’accident responsable. Ainsi, même avec la surprime, le coût de cette protection reste abordable.
  • Faire preuve de prudence. Ce conseil de simple bon sens peut paraître évident... Et pourtant, c’est le meilleur moyen de parvenir à réduire au fil des années le montant de sa prime d’assurance !

Ne négligez pas la sécurité !

Si une formule de base suffit pour l’assurance du véhicule, lisez attentivement votre contrat, et vérifiez bien qu'il inclut  la protection personnelle du conducteur en cas d’accident corporel.

Assurez-vous aussi que le plafond d’indemnisation prévu dans votre contrat est suffisant. Notamment pour couvrir les sinistres graves, entraînant une invalidité ou une incapacité de travail, qu'elle soit temporaire ou définitive.

Etre inscrit comme conducteur secondaire : une clé pour bien démarrer !

En se faisant inscrire en tant que conducteur secondaire sur le contrat d'assurance auto de leurs parents, de leur conjoint ou d'un ami, les jeunes conducteurs peuvent commencer à accumuler des points de bonus.

Les conditions de mise en œuvre de cette possibilité varient d'un assureur à l'autre. Il faut donc lire attentivement votre contrat, pour en connaître tous les droits et obligations.