Interdiction des écouteurs et des oreillettes

Les dispositifs dits "kits mains libres" sont désormais interdits, s'ils ne sont pas intégrés au véhicule. Sont donc en cause les casques audio, écouteurs filaires et autre oreillettes Bluetooth, accusés de distraire l'attention des conducteurs, et aussi de les couper de l'environnement sonore.

Selon les statistiques de la Sécurité routière, l'utilisation du téléphone au volant multiplie par 3 le risque d'accident. Mais la téléphonie n'est pas seule visée : écouter un baladeur MP3 ou l'autoradio par ces moyens sera tout aussi sévèrement puni !

Dès lors, quelles alternatives ? Les automobilistes pourront utiliser des systèmes utilisant les hauts-parleurs de l'autoradio, du GPS, ou passer par une enceinte Bluetooth. L'idée générale étant que le conducteur reste attentif aux sons ambiants dans l'habitacle et, à l'extérieur, aux bruits de la circulation.

Alcool : 0,2 g/l pour les conducteurs novices

Il faut savoir qu'un quart des accidents mortels en France implique un jeune conducteur (moins de 3 ans de permis, ou 2 après la conduite accompagnée). Entre 2011 et 2013, l'alcool a été la cause principale de 24% des accidents mortels dans la tranche d'âge des 18-24 ans. Pour cette raison, les primes d'assurance auto ont connu une forte augmentation en 2014.

Désormais, les jeunes conducteurs devront limiter leur consommation d'alcool de façon drastique s'ils prennent le volant. Pour eux, le seuil d'alcoolémie est abaissé de 0,5 à 0,2 gramme par litre de sang : un taux qui sera dépassé avec un simple demi de bière, ou un verre de vin.

Le principe "tolérance zéro" n'a finalement pas été retenu pour l'alcool, car le législateur a considéré que des traces d'alcool pouvaient persister dans le sang, sans lien avec une consommation directe d'alcool. Par exemple, l'usage de certains médicaments (sirops), ou la consommation de certains plats sans que le consommateur soit forcément au courant des ingrédients entrant dans leur composition.

Ces interdictions qu'on ne connaît pas

Bien qu'une certaine tolérance soit admise dans les faits, il faut savoir que nombre de comportements sont prohibés par la loi. 

L'article R 412-6 du Code de la route rend ainsi verbalisable le fait pour le conducteur de :

  • fumer,
  • se maquiller (même à l'arrêt à un feu tricolore ou dans les embouteillages),
  • manger,
  • fouiller dans la boîte à gants,
  • écouter de la musique trop fort (ce qui empêcherait d'entendre les bruits de la circulation),
  • conduire en tongs.

Tous ces comportements sont en effet susceptibles de distraire l'attention du conducteur, de diminuer ses réflexes, voire de gêner ses mouvements.

A mettre à part, l'interdiction pour le conducteur de regarder un écran autres que le GPS (tablettes tactiles, DVD) semble surtout concerner les chauffeurs routiers. Mais elle bien sûr applicable aux automobilistes !

Quelles sanctions en cas de contrôle ?

- Si vous êtes pris le téléphone à la main, ou avec un kit mains libres composé d'oreillettes, sachez qu'il vous en coûtera 135 € d'amende, et 3 points sur votre permis de conduire.

- Un taux d’alcool supérieur à 0,5 g/l (et désormais 0,2 g/l pour les jeunes conducteurs) est passible de 135 € d’amende, et 6 points de retrait de permis.

- Les comportements visés à l'articles R412-6 du Code de la route représentent une contravention de 2ème classe, et sont passibles d'une amende de 75 €.

- Le fait de regarder un écran est une contravention de 4ème classe, susceptible d'une amende de 135 € et d'un retrait de 2 points de permis.